Wil - Lyn

Rang C

Wil : Lady Lyndis, vous allez bien ?

Lyn : Wil ? Quelle surprise ! Qu’y a-t-il ?

Wil : Je fais moi aussi partie de la chevalerie de Caelin. Ma position m’oblige à vous protéger de mon mieux.

Lyn : Oui, bien sûr. Et comment allez-vous, Wil ? Vous n’êtes pas blessé au moins ?

Wil : Je vais bien !

Lyn : Wil, vous semblez ici plus heureux qu’au château. Quelle en est la raison ?

Wil : Ce n’est pas très prudent de vous dire ça, mais… Ce genre d’expédition m’excite énormément ! Il y a tant de nouvelles choses à découvrir !

Lyn : Wil, vous venez de Pherae, n’est-ce pas ? A quoi ressemble Pherae, aujourd’hui ? Ce pays est sous le contrôle d’Eliwood, ce qui laisse à supposer que c’est un havre de paix. Ai-je raison ?

Wil : Tout à fait. C’est un endroit plutôt agréable. C’est un pays côtier, et le vent propage une odeur de saumure. Je n’ai pas vu ma maison depuis si longtemps…

Lyn : Vos parents non plus ? Vous leur écrivez souvent ?

Wil : A vrai dire… Rarement…

Lyn : Oh ! Ce n’est pas bien ! Ecrivez-leur maintenant ! C’est un ordre !

Rang B

Wil : Mes très chers parents, j’espère que ma lettre vous trouvera en bonne santé… Non, le début est trop banal… Mm…

Lyn : Wil ? Qu’y a-t’il ? Vous marmonnez dans votre coin depuis des heures…

Wil : Ah ! Lady Lyndis !

Lyn : Ne sursautez pas comme ça ! Je ne mords pas ! Dites-moi, avez-vous écrit cette lettre ?

Wil : Justement, j’allais le faire…

Lyn : Wil !

Wil : Oh là là… C’est dur, vous savez ! Je ne les ai pas vu depuis cinq ans. Je ne trouve pas les mots !

Lyn : Cinq ans !?

Wil : Eh bien, j’ai une vie remplie et mouvementée…

Lyn : Mais quand je vous ai rencontré à Biran, ne m’avez-vous pas dit que vous rentriez chez vous ?

Wil : Décidément, rien ne vous échappe !

Lyn : Wil !

Wil : Laissez-moi tranquille ! Pourquoi devrai-je retourner à la maison ? Mes parents ne me l’ont jamais demandé.

Lyn : Vraiment ?

Wil : Qu’avez-vous ?

Lyn : Rien. Navrée de vous avoir forcé.

Wil : Lady Lyndis ?

Rang A

Wil : Lady Lyndis, à propos de cette lettre…

Lyn : Bah, vous n’êtes pas obligé d’en écrire une.

Wil : Je vous dois des excuses ! Je ne savais pas que vos parents… J’ai été vraiment rude avec vous !

Lyn : … …

Wil : En fait, je me suis enfui de la maison. Avec un ami. Il y a cinq ans. Nous avions un plan. Nous voulions faire fortune et rendre heureux nos familles. C’était notre rêve… Mais les choses ne se sont pas passées comme prévu. Mon ami est retourné chez lui après un mois.

Lyn : … …

Wil : Je lui en voulais tellement ! Comment a t’il pu me faire ça ? Il m’avait laissé en plan… N’avait-il pas honte d’être aussi lâche ? Bien sûr, je ne valais pas mieux que lui. J’ai erré pendant cinq ans. J’ai fini par regagner Biran. Mais rien n’avait changé. J’avais peur de l’avouer à mes parents, peur qu’ils découvrent la vérité… Après tout, c’est moi qui ne méritais aucun respect.

Lyn : Rien n’avait changé ? Je crois que reconnaître votre erreur a été un grand pas en avant. Et puis, vous avez une telle rage de réussir dans la vie.

Wil : Lady Lyndis…

Lyn : C’est vrai, Wil. Sain me l’a souvent répété : "Ce Wil est tellement avare, qu’il ne prêterait pas même un écu". "A quoi bon être économe ? L’argent, c’est fait pour être dépensé !".

Wil : … …

Lyn : Et Kent en rajoutait : "Wil est mon meilleur élève, il est le plus attentif". "Il est tellement motivé…". "Il veut devenir chevalier pour faire plaisir à quelqu’un".

Wil : … …

Lyn : Restez dans la chevalerie de Caelin jusqu’à ce qu vous atteigniez votre objectif. Mais j’imagine que vos parents seraient ravis d’apprendre que vous êtes toujours vivant… Mieux vaux ne pas leur faire attendre le jour où vous deviendrez chevalier, ou riche…

Wil : Lady Lyndis… Vous avez raison. Je vais leur écrire une lettre ce soir.

Lyn : Très bien. Wil… Je regrette d’avoir été aussi autoritaire.

Wil : C’est déjà oublié ! J’ai une dette envers vous.

Lyn : Souvenez-vous qu’une lettre, c’est très peu. Vous devez aller les voir.

Wil : Oui ! J’irai !


Posté par VladDeGoldenSun à 13:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire